Hypothèses

Bêta-carnet de recherche. Textes, informatique et société.

Je ne pars jamais au bon moment. Je n’ai pas le kaïros –l’art du bon moment, je ne sais pas saisir ça. Je pars de la boite de nuit quand on rallume la salle, moi. Je reste jusqu’au bout. C’est très cohérent avec ma nature têtue –je suis très têtue et très fidèle – je ne m’en vais pas, quitte à fermer la marche.

Comme beaucoup de gens que Twitter, vous pensez que je poursuis une thèse en régulation des télécoms. Et je suis désolée de vous décevoir, mais pas du tout. Mais ça m'évoque quelques réflexions de bilan sur ces cinq dernières années.

« J'ai progressé »

» 26 mai 2020

Quand j'ai appris la disparition de Jeanneret, c'était le premier tweet que je voyais de la journée, dans le court moment destiné à finir le café avant de se mettre à la rédaction. C'est bizarre de s'asseoir à son bureau et regarder le livre, et se dire qu'on va se mettre à écrire de la pensée alors même que le monde vient de prendre un supplément de vide. Ça parait absurde.

J'écris ma thèse avec LaTeX. Ma directrice de thèse ne travaille qu'avec Word. C'est compliqué. Pour réduire ce qui pourrait devenir une fracture de communication, j'utilise Pandoc ! Ça ne résoud pas tout : il faudra ensuite ouvrir le document Word avec les commentaires et reporter les corrections dans LaTeX...mais ça permet au moins d'être relue tout en écrivant dans le format qui m'est confortable.

Novembre-décembre ont été marqués par une plongée plus sereine --nonobstant une fracture du métacarpien à la main gauche-- dans mon travail de thèse. Je ne vais pas revenir sur toute la période, mais surtout sur les méthodes de travail que j'ai mises sur pied pour avancer, ce sera le focus de ce billet :)

Bon, maintenant que j'ai mis en production ce fabuleux carnet de recherche, il va falloir l'inaugurer. Première épisode, donc : le démarrage administratif de la thèse (héhé je vous vends du rêve…) \o/ Comme l'article est long, je vous spoile : c'est long, c'est compliqué, et plein de rebondissements.

Profitant de mon changement de PC (j'ai quitté une machine qui m'avait fidèlement accompagnée pendant une petite dizaine d'années pour un NUC d'Intel, une machine récente et rapide) pour changer de distribution, je suis passée à Debian Jessie (j'étais sous Ubuntu avant...il était temps). Comme j'utilisais Iramuteq sur l'ancien PC (et que j'en aurai certainement besoin pour poursuivre ma thèse), je me suis mis en tête de tête de réinstaller ce fabuleux programme d'analyse textuelle sous Debian. Et du coup, tant qu'à faire, je vais vous expliquer comment ça se passe. L'installation ne nécessite pas un niveau technique d'ingénieur au CNRS, mais la documentation est un peu aride, l'installation aussi. Je me suis dit qu'un pas à pas serait utile à d'autres pour comprendre ce qu'ils font.

Ma thèse tweete !

» 09 août 2015

Juin 2015. J'apprends que j'ai obtenu l'allocation doctorale de recherche pour le projet de thèse dans lequel je me suis lancée avec ma directrice, Julia Bonaccorsi. Joie. J'avais enregistré le compte @these_atypique sur Twitter au début de mon année en master Recherche. Voilà que ce dernier va servir...